Deux spectacles différents mais avec un message touchant

Gina Werrebrouck, élève de Seconde.

Au CCFM, centre culturel Franco-Mozambicain, s’est déroulée la semaine de la danse du 17 au 24 septembre. Entre autres, deux créations de danse contemporaine ont eu lieu le vendredi 21 septembre : ‟Shifting” de Lulu Sala et ‟Sentido Unico” d’Idio Chichava.

La représentation de Lulu Sala Shifting

19h et quelques minutes. Le public impatient et nombreux, prend place dans la grande salle. Il s’installe tranquillement et patiente. D’un coup les lumières s’éteignent, marquant le début du spectacle. Petit à petit la musique commence sous les applaudissements et les cris des spectateurs. On ressent leur enthousiasme et leur volonté. On voit alors trois danseurs sur scène : deux hommes et une femme. Pendant tout le long de la chorégraphie, on ressent les mois de travail des artistes, leur implication, leurs efforts, leur réussite. Mais aussi ceux du chorégraphe qui est, même s’il n’apparait pas sur scène, ne l’oublions pas une figure très importante du spectacle.

Ils bougent ensemble et en suivant le rythme de cette musique contemporaine, nous entrainent avec eux dans leur univers. Parfois leur pas sont doux et parfois non, mais ils savent très bien comment les mêler ensemble et comment nous les faire apprécier. Toute la danse est un mélange de plusieurs musiques toutes plus belles les unes que les autres et en parfaite harmonie avec les mouvements des danseurs.

On comprend ainsi le message de Lulu Sala qui est d’exprimer notre voix par notre corps, et notre corps par notre voix. Lui-même nous confie ꓽ ‟Ma voix est mon souffle, c’est la sculpture, c’est le battement de mon cœur, c’est la respiration de machines, c’est les paroles de ma m

usique, c’est le rythme créé à l’aube. Cette même voix a une âme, a des sentiments, et doit être entendu”.

Lorsqu’ils finissent, le public applaudit, siffle, hurle. Nous sommes tous éblouis par cette représentation de danse contemporaine présentée par ces trois danseurs extrêmement talentueux.

Les trois performants saluent le public et se retirent de la scène pour laisser place aux prochains. Les lumières s’éteignent, on entend et aperçoit que la salle se remplit peu à peu d’une fumée. Puis une faible lumière bleue éclaire de nouveau la scène, nous permettant de voir un changement de décor.    

La représentation d’Idio Chichava Sentido Unico

Deux nouveaux danseurs qui sont cette fois-ci une femme et un homme apparaissent sur l’estrade. Le début est lent, ils restent longtemps au milieu de la scène sous cette faible lumière bleue qui les éclairent. Ils tardent à danser, mais en attendant ils exercent de légers mouvements quelques peu sensuelles qui suivent bien évidemment la douceur de la musique.

Montage reportage sentido unico

La musique change soudainement, elle monte crescendo alors le couple suit ce rythme en bougeant plus fortement. La musique est très bipolaire et les danseurs aussi, un coup la musique est calme et douce et alors on observe les danseurs s’enlacer, se toucher sensuellement. Puis la musique s’accélère sur un rythme cadencé, et donc les artistes se séparent l’un de l’autre

, paraissant en conflit.

À un moment comme celui-ci où la musique est vive, et les danseurs écartés, la femme crie, se débat contre elle-même. Elle simule une bagarre. Mais contre qui ? et bien si nous analysons ensuite toute la chorégraphie, nous remarquons que cette danse illustre la violence dans les couples, la maltraitance de la femme, le harcèlement, la trahison et enfin la soumission.

Et c’est le message que veut nous faire passer Idio Chichava à travers sa performance.

Cette danse finit quelques minutes plus tard, sous un tonnerre d’applaudissements.

Nous pouvons remarquer que le public a beaucoup aimé ces deux chorégraphies, ils applaudissent encore et encore. Une fois les lumières allumées, les spectateurs se lèvent. Certains discutent entre eux de la beauté du spectacle, d’autres parlent avec les acteurs de ces deux représentations ou d’autres encore vont prendre un verre au bar.

 

Ainsi, la danse contemporaine ne fait qu’évoluer au Mozambique à travers de nombreuses représentations. Soyez attentifs à la programmation!

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *